Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

Le moteur de recherche Google vient de dévoiler le nouveau design de ses résultats de recherche. Désormais, les marques sont encore plus mises en avant avec l’apparition des logos de ces dernières dans les SERPs. On remarque également que les résultats sponsorisés se confondent plus avec les résultats naturels.

Nouveau design des résultats de recherche :

Grosse différence entre les anciens résultats de recherche Google et les nouveaux, le nom du site, le fil d’Ariane ou l’URL apparaissent désormais en premier. De plus, ces éléments sont maintenant affichés en noir. Ensuite, on remarque un favicon permettant de repérer facilement le site web. Concernant les publicités, le moteur de recherche affiche « Ad » en noir à la place du favicon. Finalement, on remarque que le titre de la page web est affiché sous le nom du site web.

Un nouveau design qui met les marques en avant :

Ces changements devraient être principalement appréciés par les marques. Désormais, leurs logos sont affichés dans les résultats de recherche. Ainsi, les internautes auront plus tendance à repérer facilement les sites de confiance. Ensuite, les marques profiteront des recherches afin d’améliorer leur notoriété.

Google a simplement recours au favicon, qui est définit par une grande partie des sites web. Ce dernier a assuré que le favicon sera mis à jour à chaque exploration de la page d’accueil.

Afficher son favicon dans les SERPs :

Google a donné quelques consignes simples afin d’afficher son favicon dans les SERPs. Concernant l’exploration, le fichier et la page d’accueil doivent être explorés par le moteur de recherche. Ensuite, la favicon se doit de représenter la marque, tout en sachant que les icones inappropriées seront remplacées par un favicon standard de manière automatique. De plus, la taille du favicon doit être un multiple d’un carré de 48 pixels (48x48, 96x96, 144x144..) ou en SVG (aucune taille spécifique). Ce dernier sera redimensionné par Google. Finalement, l’URL du favicon ne doit pas changer de façon fréquente.

Résultats sponsorisés et résultats naturels :

« Lorsque vous cherchez un produit ou un service et que nous avons une publicité utile à vous montrer, vous verrez un label en gras au début de la carte, à côté de l’adresse du site web, afin que vous puissiez rapidement identifier d’où vient l’information », nous explique la marque de Mountain View.

Après une comparaison des résultats sponsorisés avant et après cette refonte, nous notons que le moteur de recherche a fait son maximum pour que le label « Ad » se fonde le plus possible dans les résultats. En effet, le tag « Ad » peut maintenant être confondu avec le favicon des sites internet.

 

D’année en année, Google diminue la force du label qui permet l’identification des résultats sponsorisés. À une époque pas si lointaine, ces mêmes résultats étaient affichés sur fond jaune avec une indication « liens sponsorisés ». Avec cette dernière refonte, Google renforce les résultats sponsorisés au détriment de l’information.

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

A l’horizon 2020, le Groupe Facebook confirme que les publicités feront leur apparition sur l’application de messagerie WhatsApp. Il s’agira de publicités ciblées qui apparaitront principalement dans les statuts. Ce sera l’équivalent des stories Instagram et les publicités occuperont la totalité de l’écran utilisé. Si l’offre l’intéresse, l’utilisateur pourra alors faire défiler vers le bas afin de se renseigner. Dernièrement, des aperçus du produit publicitaire ont été dévoilés durant la conférence marketing annuelle, qui a eu lieu aux Pays Bas.

Vers une monétisation de WhatsApp ?

Quelques mois en arrière, le groupe annonçait qu’une monétisation progressive de l’application WhatsApp allait débuter. Ce sera possible grâce à des publicités mais aussi la vente de services à destination des entreprises. Cette nouvelle avait alors déclenché le départ du cofondateur de l’application, Brian Acton.

De plus, Facebook avait proposé aux annonceurs un meilleur ciblage des utilisateurs, et ce, grâce  la mise à jour qui a permis une liaison entre les comptes Facebook et WhatsApp. A noter que ce mélange des donnés a couté au Groupe une amende record de 122 millions de dollars par la commission antitrust de l’Union Européenne.

Une menace pour le chiffrage de bout en bout ?

Le chiffrage de bout en bout de WhatsApp garantissait la confidentialité des différents utilisateurs, empêchant ainsi Facebook et WhatsApp d’accéder aux contenus des messages envoyés par les internautes. Ce revirement démontre la crainte d’une menace pour ce modèle de chiffrage.

Depuis l’annonce du lancement de la publicité sur WhatsApp, le groupe a confirmé au grand public son attachement à ses principes, qui ne devraient pas être remis en cause, sur le court terme du moins. Les premières publicités verront le jour dans les Statuts, qui contrairement aux messages privés ne sont pas chiffrés. Le Groupe Facebook table désormais sur un objectif de 10 milliards de dollars de revenus en cinq ans de monétisation.

Une migration des utilisateurs est-elle possible ?

Ce changement au sein de l’application de messagerie pourrait bien entrainer une migration de plusieurs utilisateurs vers d’autres services et applications comme Signal ou Telegram. Il s’agit en tout cas d’une rupture de l’application américaine avec ses origines. Même après la vente de cette dernière à Facebook, les deux cofondateurs ont demandé à ce qu’elle reste gratuite et ne mette pas en danger les données des utilisateurs.

« Au bout du compte, j’ai vendu mon entreprise. J’ai vendu la vie privée de mes utilisateurs pour un plus grand profit. J’ai fait un choix et un compromis, et je dois vivre avec cette décision chaque jour », expliquait alors Brian Acton.

 

En bref, depuis son rachat de l’application WhatsApp, le groupe Facebook recherchait un moyen de monétiser cette dernière. En se tournant vers la publicité, il arrive à son but tout en essayant de ne pas gêner visuellement les utilisateurs. Ces derniers seront par contre touchés par le fait que leur application tourne le dos à ses origines et s’oriente exclusivement vers le profit. Quelques jours après le lancement de la publicité en 2020, des messageries comme Signal ou Telegram pourraient enregistrer un pic d’utilisateurs. 

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

Premier trimestre 2019 : le secteur de l’e-commerce maintient sa croissance dans l’hexagone

Selon les chiffres communiqués par La Fevad sur le e-commerce en France durant le premier trimestre 2019, le secteur maintient une croissance stable. Les acheteurs français ont réalisé 407 millions de transactions sur des sites e-commerce durant ce trimestre, pour un montant de 24,9 milliards d’euros.

D’après l’Observatoire des Usagers Internet de Médiamétrie, ce sont 87,5% des internautes qui ont effectué au moins un achat en ligne durant le 1er trimestre 2019. Il s’agit de 38,8 millions d’acheteurs, soit une augmentation de 1,3 millions de personnes par rapport à l’exercice précédent.

« Après une petite stagnation en 2018, on assiste à une nouvelle augmentation du nombre de cyberacheteurs, de l’ordre de 4% en 1 an. Si les moins de 35 ans tirent cette progression avec notamment un rôle croissant du smartphone, les générations plus âgées ne sont pas en reste : plus de 8 seniors (65 ans et plus) sur 10 ont par exemple déjà acheté sur internet », confie Marc Lolivier, délégué général de la Fevad.

25 milliards d’euros dépensés en 3 mois :

Pour élaborer ce rapport, les informations ont été recueillies auprès des plus grands sites marchands et sur le montant des transactions réalisées par les sociétés prestataires de paiements. Ainsi, c’est une amélioration du chiffre d’affaires de 11,9% comparé au premier trimestre 2018 qui est enregistrée. En ce moment, on enregistre à peu près 50 achats en ligne chaque seconde. Malgré une augmentation du nombre d’acheteurs en ligne et une hausse de la fréquence d’achat, on remarque une baisse de 6% du montant du panier moyen.

Les chiffres du secteur :

On remarque une progression du nombre de cyberacheteurs de 4%, avec un nombre moyen d’achats en ligne de 12,7 sur ce même premier semestre, contre 10,7 durant la même période en 2018. Plusieurs chiffres sont à retenir : d’abord, ce sont 1.358.000 cyberacheteurs supplémentaires qui ont été recensés durant le premier trimestre 2018. Pendant le 4ème trimestre 2018, leur nombre s’élevait à 38,2 millions de consommateurs.

Ensuite, on remarque également que l’augmentation des acheteurs en ligne a servi à compenser la baisse du montant du panier moyen, qui est aujourd’hui descendu à 61 euros. Le nombre de sites marchands actifs, lui, est en augmentation en 15,6% en une année, tout comme le chiffre d’affaires des sites leaders de ventes de produits qui est en hausse de 6,5%.

Finalement, la vente de smartphones et tablettes continue de croitre avec une hausse de 22% sur le premier trimestre. A ce rythme-là, les commandes réalisées sur ces supports dépassera rapidement les achats effectués à partir d’ordinateurs.

Les sources de cette croissance :

La croissance du secteur du e-commerce est principalement due à trois facteurs. D’abord l’augmentation du nombre d’acheteurs en ligne, suivie par la fréquence d’achat de ces mêmes acheteurs. Enfin, l’offre se diversifie de plus en plus avec l’apparition de nouveaux marchés.

On pourrait croire que la grande partie des ventes e-commerce sont liées aux secteurs du high-tech et de l’informatique, mais ce sont bien les secteurs de la décoration / ameublement, du sport, et du jardinage / bricolage qui émergent le plus.

Pour le secteur du voyage / tourisme, la croissance ralentit et représente 5% de dépenses supplémentaires comparé à l’année dernière.

Des sites marchands de plus en plus actifs :

Toujours d’après la Fevad, le nombre de sites marchand actifs est en augmentation de 15,6% en un an. Concernant la vente de produits grand public, c’est une hausse de 6,5% qui est enregistrée au premier trimestre 2016. Les activités B to B, elle, connaissent une progression rapide, avec une augmentation de 13,9% toujours sur le premier semestre.

Aujourd’hui, le mobile représente 35% du chiffre d’affaires réalisé par les sites e-commerce. En effet, les ventes de smartphones et tablettes ont augmenté de 22%.

Un podium composé d’Amazon, Cdiscount et Fnac.com :

42,9 millions d’utilisateurs, soit 68,3% de la population, consultent chaque mois au moins l’un des sites qui composent le top 15 des sites et applications e-commerce dans l’hexagone. Sur le podium, on retrouve Amazon, avec plus de 29 millions de visiteurs chaque mois, Cdiscount, avec plus de 20 millions de visiteurs et enfin Fnac.com, avec plus de 14 millions de visiteurs.

La France leader en Europe du e-commerce sur les produits de grande consommation :

D’ici 2022, le marché des produits de grande consommation en ligne devrait représenter 400 milliards de dollars. Dans le Monde, les pays asiatiques occupent très clairement les premières places dans le domaine. Aujourd’hui, le e-commerce représente 20% des ventes de produits de grande consommation en Corée du Sud et 18% en Chine. En Europe, la France faut figure de leader avec 7,1% des ventes.

 

Avec votre agence Ajoo, élaborez un site marchand à votre image et opérez sur un secteur du e-commerce en plein essor.

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

Comment utiliser le data SEO pour votre stratégie digitale ?

Si vous souhaitez une stratégie digitale et des médias sociaux, efficace, vous ne pouvez tout simplement pas ignorer le SEO.

Les réseaux sociaux et le SEO naturel vont de pair

Tout le monde comprend qu'une bonne stratégie de médias sociaux façonne la perception d'une marque, porte la voix, crée un attrait et, par conséquent, augmente les revenus. Quelques principes fondamentaux peuvent aider à améliorer la stratégie.

Les médias sociaux et le référencement sont étroitement liés. Le data du SEO peut vous aider à améliorer vos efforts sociaux et les médias sociaux peuvent vous aider à classer vos résultats de recherche.

 

En fait, les données de SEO fournissent une foule d'informations sur votre visibilité et votre public cible : qui sont-ils, comment recherchent-ils des objets, quels mots clés ils utilisent et quels sites sur lesquels ils surfent, sans parler des bonnes vieilles données de profilage trouvées dans Google Analytics par exemple.

 

Mots clés

En tant que marque et entreprise en pleine croissance investissant beaucoup dans l’apparence des médias sociaux, vous devez savoir ce que les gens disent de votre entreprise ou de ses produits. Pour le savoir, vous pouvez utiliser différents outils de surveillance tels que Google Alerts. Toutefois, pour que les alertes soient correctement définies, vous devez savoir quels termes de recherche sont utilisés.

C’est là que le référencement entre en jeu. Il est important de déterminer les requêtes de recherche les plus fréquentes liées à votre créneau. Ces données aident à interpréter les préoccupations les plus urgentes de la communauté sociale.

Souvent, les meilleures idées proviennent des discussions en général, mais pas sur un produit spécifique. En d'autres termes, vous devez rechercher les mots clés que vous souhaitez cibler en recherche organique et payante et les utiliser pour suivre la notoriété sur les médias sociaux.

Dès que vous découvrez ces mots-clés, vous pouvez définir des alertes ou effectuer manuellement une recherche quotidienne sur divers réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook, etc.

 

Et chez la concurrence ?

Nous n'inventons pas la roue, mais utilisons ce qui fonctionne déjà. Vous pouvez saisir ce qui marche pour braquer les projecteurs sur votre entreprise. Savoir ce qui fonctionne vous procure l’avantage concurrentiel que vous recherchiez.

Tout le monde sait que l’analyse des efforts de vos concurrents et la comparaison de leurs indicateurs de performance clés devraient être une action «indispensable» pour le succès.

L’outil de recherche sur les concurrents de SE Ranking vous aide à trouver le contenu des meilleurs concurrents et les endroits où il est le plus partagé. De plus, vous pouvez exporter ces données et déterminer quel contenu convient le mieux aux médias sociaux. Cette approche vous permet non seulement d'élaborer votre stratégie de contenu, mais également d'améliorer vos efforts en matière de médias sociaux.

Plus vous aurez d'informations sur vos concurrents, plus vous aurez de chances d'améliorer votre réactivité client et la visibilité de votre marque en ligne.

 

Tendances et prévisions

Google met une grande partie de son énorme cache de données à la disposition des spécialistes du marketing via divers canaux: Google Trends, Google Trends pour les sites Web, Google Insights pour les recherches, ainsi que via des outils de recherche tels que Wonder Wheel. Avant de développer vos stratégies de médias sociaux et vos activités promotionnelles, assurez-vous de vérifier ces tendances pour identifier les sujets d'actualité pendant une période donnée et mettre en lumière votre marque.

En conclusion

Si vous n’êtes pas à l’écoute des dernières tendances, vos concurrents le sont.

 

L'utilisation du data SEO vous aide à démarrer vos conversations sociales. Les données que vous obtenez peuvent aider à informer les autres et développer votre activité en ligne.

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

Comment trouver les meilleures idées de start-up?

Avec autant d’activités des start-ups et des petites entreprises, il est facile de s’inspirer et de lancer quelque chose de votre choix. Si vous avez envisagé de créer une entreprise - ou si l’entreprenariat vous attire voici un simple plan d’action et qui sait ? il se peut que votre idée, un jour changera le monde.

 

Faites des recherches

Le lancement d’une startup ne se résume pas à la création de noms d’entreprises sympas. Pensez à la situation dans son ensemble et à la manière dont votre idée ou votre produit pourrait changer, avoir un impact ou, effectivement, perturber le marché.

Que manque-t-il dans le monde ? Y a-t-il une tendance actuelle ou une tendance croissante qui indique un besoin futur ? Faites un brainstorming sur les besoins actuels et futurs des clients et voyez où vous pouvez intervenir lorsque vous envisagez des idées de démarrage.

 

Gardez le client au premier plan

Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que vos futurs clients apprécient votre produit si vous ne le construisez pas pour eux. Commencez peut-être avec les personnes que vous allez cibler. Qui est votre consommateur idéal ?  Quels sont vos profils clients ? À quoi ressemble le fait de vivre sa vie pendant une journée ? Quels sont les points difficiles dans leur vie qui pourraient être atténués par votre startup ?

 

Parlez et posez des questions

Une suggestion consiste à créer des groupes de discussion en s'adressant au plus grand nombre possible de personnes extérieures à votre équipe. Il ne s’agit pas nécessairement de partager explicitement votre idée ou votre concept, mais de toucher aux domaines que votre produit est censé résoudre.

Parlez à la famille élargie et aux amis, même aux personnes en ligne au bureau de poste, et posez-leur des questions relatives à votre espace. Les gens adorent parler d’eux-mêmes et partagent souvent des idées qui peuvent vous aider à développer un concept.

 

Tirez parti de votre expérience

Si vous avez du mal à trouver l’idée de démarrage qui vous convienne, pensez à utiliser votre expérience pour commencer. Pensez au secteur dans lequel vous avez travaillé. Vous connaissez probablement les difficultés et les problèmes liés aux fournisseurs par exemple. Y a-t-il des opportunités pour vous de concilier votre perspective d'initié avec un avantage entrepreneurial ?

 

Le Réseau

Assister à des conférences, des ateliers et des séminaires. Non seulement vous apprendrez ce qu’il y a de nouveau dans le métier, vous rencontrerez des personnes, souvent dans le même type de poste et avec le même esprit d’entreprise que vous-même, qui peuvent vous inspirer. Vous pourrez même trouver de futurs co-fondateurs.

 

Évaluer les concurrents potentiels

Commandez, téléchargez ou testez des produits de ceux que vous voyez comme des concurrents potentiels. Évaluez chaque étape de l'expérience client et voyez comment vous l'aimez. Voir ce que les gens disent à leur sujet sur les médias sociaux. Quels sont les apprentissages que vous pourriez appliquer à votre entreprise ?

En conclusion

Un dernier conseil ? Ne pas abandonner. Démarrer une entreprise est un travail difficile et trouver une idée viable et rentable prend du temps et des efforts. Et ça commence aujourd’hui.

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

Votre entreprise a-t-elle vraiment besoin d’une page Facebook ?

Des panneaux publicitaires aux boîtes de céréales en passant par les reçus des magasins, le logo «f» bien connu, semble se trouver partout.

Les entreprises de toutes tailles font la promotion de leurs pages Facebook à presque tous les points de contact des clients. Les médias couvrent en permanence les développements et les tendances de l’industrie des médias sociaux et, avec son introduction en bourse, Facebook semble faire l’objet de tous les débats. Mais qu'est-ce que tout cela signifie pour vous en tant que propriétaire de petite entreprise - et votre start-up peut-elle survivre sans une page Facebook ?

Un peu de recul est nécessaire pour réfléchir à la valeur d’une page Facebook pour votre entreprise.

Les médias sociaux se sont énormément développés ces dernières années et continuent de leur progression. Actuellement, Facebook compte plus de 900 millions d'utilisateurs actifs dans le monde. La popularité des autres réseaux sociaux augmente, les consommateurs étant plus connectés que jamais, notamment avec l'aide de smartphones.

Contrairement aux publicités traditionnelles (publicités imprimées, télévision, radio, etc.), la croissance des médias sociaux permet aux petites entreprises d’avoir accès aux consommateurs pour un coût de démarrage peu élevé et d’offrir une conversation, une réponse et une analyse en temps réel.

 

Connaître vos clients

Votre client principal est-il susceptible d'être un utilisateur actif sur Facebook ? Alors que Facebook attire les utilisateurs de toutes démographies, vous devez vous poser la question suivante : votre clientèle est-elle active sur les médias sociaux et aurait-elle intérêt à se connecter à la page de votre entreprise ?

Connaître le marché

Il est tout aussi important de savoir à qui vous vendez, de déterminer si la création d'une page Facebook pour votre type d'entreprise serait réellement utile pour votre client. Par exemple, si vous avez un service de nettoyage à sec ou de déchiquetage de documents, une page Facebook apporterait-elle de la valeur à vos clients ? Quels avantages vos clients obtiendraient-ils en «aimant» votre entreprise sur Facebook ?

Ne jamais négliger sa page

Avant de lancer une page, assurez-vous que vous pouvez vous engager à la maintenir active. Cela signifie non seulement mettre à jour et publier régulièrement, mais modérer la communauté. Avoir une page Facebook peut ouvrir la porte à des fans de votre entreprise qui publient des notes de remerciement ou partagent des histoires positives de votre marque. Cela peut également ouvrir la porte à des commentaires négatifs et à des plaintes de clients, ce qui sera à la vue du public. Plutôt que d'ignorer ou de supprimer ces commentaires, essayez de gérer les commentaires négatifs.

La bonne chose à propos de Facebook est que toute entreprise peut démarrer simplement en créant un compte Facebook gratuit et en se connectant avec les clients. Construire une base de fans peut être un défi pour n'importe quelle marque, une fois la page mise en ligne, elle peut être utilisée pour partager des actualités commerciales, demander l'avis des clients et, idéalement, développer l'activité. C'est presque comme avoir votre propre équipe de relations publiques et votre groupe de discussion à vos côtés.

En conclusion

Alors, votre entreprise a-t-elle besoin d'une page Facebook ? En fin de compte, c'est à vous de décider. Comme pour toute nouvelle initiative de marketing, il est important de savoir dans quoi vous vous engagez, ainsi que ce qui vous sera demandé, avant de vous lancer.

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020