Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Le 14 aout dernier, Google émettait un avertissement concernant des domaines qui sous-louent, comme des bureaux,  leurs sous domaines ou répertoires à d’autres entités afin de les laisser bénéficier de l’autorité de leur domaine, le tout avec la création d’un mini-site non lié à la thématique du site principal.

Désormais, le moteur de recherche commence à pénaliser ces sous domaines et surtout ce genre de pratiques aux Etats-Unis. Ces changements d’algorithme mis en place impacteront à terme les sites dans l’hexagone.

Le fait de louer un sous-domaine ou répertoire d’un site à une autre entreprise n’est en effet pas contraire aux consignes de qualité de Google. Mais ce dernier commence à se focaliser sur cette pratique.

Durant une intervention sur Twitter au mois d‘aout 2019, le moteur de recherche annonçait que GoogleBot commençait à mieux distinguer les sites principaux des sous-domaines ou répertoires loués à d’autres enseignes. La raison est que la plupart des sous-domaines n’ont aucun rapport avec le nom du domaine principal.

Location de sous domaines : le fonctionnement :

Cette pratique est assez courant e pour les sites de grande importance, particulièrement les médias et la presse. Ces derniers louent leurs sous domaines à d’autres marques. Un site officiel de journal ou de média peut donc louer à une autre entreprise un sous domaine, dans lequel cette dernière pourra proposer son propre contenu, qui n’a aucun lien avec le journal en question. Un site de codes promos peut louer un sous domaine auprès d’un média connu et y proposer un contenu qui n’a aucun rapport avec le contenu du site principal.

L’intérêt de cette location :

Il s’agit d’un échange qui est profitable aux deux parties. Les petites entreprises peuvent ainsi profiter d’un très bon SEO et de la notoriété des sites principaux. De plus, s’agit d’un complément monétaire aux sites qui peuvent ainsi monétiser leur notoriété et leur positionnement.

Vers une pénalisation des sous domaines loués dans le monde entier ?

Selon Glenn Gabe, plusieurs sous domaines ont d’ores et déjà reçu des sanctions de la part de Google et ce, depuis le 20 aout dernier, et suite à l’avertissement émis le 14 aout. Le trafic de ces sites s’en est trouvé fortement impacté.

Pour le moment, ce sont seulement quelques sous-domaines loués aux Etats-Unis qui sont impactés. Par contre, personne ne sait si le moteur de recherche va pénaliser les « loueurs » à terme.

Qu’en est-il de la France :

Dans l’hexagone, peu de sous domaines ont été impactés. On prend par exemple lexperess.fr, connaissant un trafic stable qui a connu une petite baisse de son trafic à hauteur de 13% depuis le 04 de ce mois. Cette baisse a été enregistrée sur une thématique « tech » et il n’est pas acté que cette dernière soit liée aux sanctions de Google.

Selon le responsable SEO de 20minutes.fr, aucune variation n’a été signalée sur leur domaine. « Non il n'y a pas de pénalités à l'encontre des sous domaines code promo des médias comme j'ai pu le lire la semaine dernière... »  Confiait François Moreau via twitter.

 

 

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Que ce soit pour désindexer une ou plusieurs pages de son site des moteurs de recherche comme Google, Qwant ou Bing, désindexer un fichier PDF ou d’autres fichiers sans code source, ou bien bloquer l’indexation d’un nouveau site ou d’un site en cours de développement, les utilisateurs recherchent aujourd’hui les méthodes les plus utilisées mais aussi les plus efficaces en 2019.

Dernièrement, Google a annonce que la désindexation de pages, fichiers et groupes de pages à travers la commande « Noindex : » du robots.txt, n’est plus prise en compte par ce dernier depuis le 1er septembre 2019. Malgré cela, il existe plusieurs alternatives à cette méthode.

Via La balise HTML Meta Noindex :

Les webmasters, développeurs et référenceurs utilisent généralement la méthode du meta noindex pour désindexer ou empêcher l’indexation future de pages web dans les moteurs de recherche. Ces derniers apprécient également cette méthode car elle est supportée par leur intégralité.

Selon Google, il s’agit de la méthode la plus efficace de désindexation ou blocage d’indexation. Facile à utiliser lorsqu’on la place dans le code HTML, elle ne demande pas beaucoup de connaissances techniques, mais est seulement utilisable sur des pages qui doivent être désindexées. Dans le cas contraire, le référencement et le trafic peuvent être gravement impactés.

L’entête HTTP X-ROBOTS-TAG NOINDEX :

C’est la méthode idéale pour désindexer des fichiers ne disposant pas de code source des moteurs de recherche. Dans ce cas-là, il est indispensable de faire appel à un développeur car cette méthode demande des connaissances techniques qui permettent de modifier sans aucun risque le ficher .htaccess ou httpd.conf.

Afin de désindexer une page web, un fichier pdf, ou une image en utilisant l’entête http X-Robots-Tag, il faut simplement ajouter « noindex » à la suite de cette dernière.

Le renvoi d’un code de réponse http 404 ou 410 afin de désindexer des pages et des fichiers inexistants :

Dans le cas où une page web ou un fichier n’existent plus sur votre site internet et que ce dernier n’est pas remplacé, il faut renvoyer un code de réponse 404 (not found) ou 410 (gone). Il s‘agit d’une bonne pratique permettant de désindexer à terme la page ou la ressource.

Pour les moteurs de recherche, il s’agit de deux codes qui montent que la ressource n’existe pas. Concernant le code 410, il confirme en revanche que cette dernière a existé et qu’elle n’existera plus. Il s‘agit d’un code plus précis qu’un code de réponse 404.

Utiliser le robots.txt pour bloquer le Crawl de pages et fichiers :

Si l’utilisateur souhaite bloquer l’indexation de pages ou de fichiers d’un nouveau site ou d’un site qui n’a jamais été indexé pou crawlé par les moteurs de recherche, il faut bloquer le crawl via le robots-txt. Ces pages et ressources ne seront donc pas indexables puisque non crawlables.

 

Il suffit simplement d’ajouter dans le fichier robots ;txt des directives tels que « Disallow: /*.pdf » ou « Disallow: */categorie-a-ne-pas-indexer/* ».

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Les ads customizer sont déjà utilisés depuis un long moment dans les campagnes de liens sponsorisés de Google Ads. Ces personnalisateurs d ‘annonces apparaissent désormais sur les campagnes de liens sponsorisés Bing Ads. Depuis le 10 juillet 2019, le 2ème moteur de recherche le plus utilisé dans l’hexagone permet d’ajouter des éléments à ses annonces.

Présentation des personnalisateurs d’annonces :

Jusqu’à présent, les personnalisateurs d’annonces étaient seulement disponibles sur les campagnes de liens sponsorisés Google Ads. Il s’agit d’éléments dynamiques qui peuvent être configurés au niveau des annonces. Ils permettent la modification dynamique d’une annonce en prenant en compte plusieurs critères précis afin de créer un grand nombre de variantes.

Les gestionnaires de comptes Google et Bing Ads ont donc la chance de profiter d’un gain de temps pour la création, la modification et la mise à jour de leurs annonces. En effet en moyenne, ce sont des milliers d’annonces qui doivent être gérées au quotidien.

Personnaliser ses annonces Bing Ads, comment s’y prendre ?

Le nouveau Ads customizer Bing Ads peut aujourd’hui être ajouté aux annonces des campagnes de liens sponsorisés de Bing avec le format suivant : {=FeedName.AttributeName: Default}.

Ce type de personnalisateur permet l’ajout automatique de mots-clés à l’annonce, l’ajout dynamique de mot-clé recherché par l’internaute à l’annonce, la variation d’un nom de produit affiché à une annonce, l’ajout automatique d’un prix à une annonce, l’intégration automatique du nombre de produits dans une catégorie dans un texte, et enfin l’intégration dynamique d’une géolocalisation au texte d’annonce.

En effet, la personnalisation d’une annonce avec un ad customiser permet de profiter de possibilités infinies. N’importe quel texte peut être intégré en provenance d’un feed dans les annonces. 

Importer ses annonces de Google Ads à Bing Ads avec Ad customizer :

Les gestionnaires de comptes n’ont pas besoin de créer directement des annonces dans Bing Ads s’ils souhaitent dupliquer totalement leurs annonces, enchères ou campagnes qui se trouvent sur Google Ads. En effet, un import des annonces avec personnalisateur d’annonces est disponible, permettant un gain de temps considérable.

Informations à connaitre sur les Ad Customizer de Bing Ads :

Les Ad Customizer de Bing Ads peuvent être utilisés partout dans les textes de l’annonce sauf dans l’URL. De plus, les valeurs par défaut ne sont obligatoires mais recommandées afin d’éviter la diffusion d’annonces incomplètes ou sans sens.

 

De plus, les campagnes / annonces Google Ads qui existent déjà peuvent être importées avec des ad customizer. Elles sont compatibles avec celles de Bing Ads. Enfin, pour la construction d’un bon flux utilisé pour la personnalisation des annonces Bing Ads, il est recommandé de lire attentivement la page d’aide dédiée suivante : https://help.ads.microsoft.com/#apex/3/en/56891/1

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Nouvel acteur de l’analyse de backlinks, Babbar rejoint les différents Majestic, Ahrefs ou Moz. Ce dernier est sur le marché depuis maintenant quelques semaines et il est entièrement français. Nous vous présentons un petit tutorial vous permettant de comprendre les fonctionnalités de ce nouvel outil, qui en est encore à sa version bêta.

D’origine française, Babbar s’adresse aux utilisateurs qui font du SEO et qui sont particulièrement intéressés par le monde du netlinking et des backlinks. Il essayera de se faire une place parmi les géants que sont Ahrefs, Majestic ou Link Explorer de Moz, qui sont les plus utilisés en complémentarité de la Search Console de Google.

Ce nouvel outil se repose aujourd’hui sur une infrastructure qui lui permet l’analyse de 100 milliards d’URL. A moyen terme, l’objectif est de 400 à 500 milliards. A ce moment-là, un très grand nombre de métriques seront proposées même si la version bêta propose déjà trois indicateurs : le Host Value (HV), le Host Trust (HT) et la classification thématique basée sur l’analyse du contenu du site.

L’indicateur Host Value est l’image PageRank du site.

L’indicateur Host Trust est l’indicateur de confiance.

Tester Babbar :

Pour les personnes qui souhaitent tester Babbar, une première version a vu le jour et est disponible comme une extension Chrome qui affiche les trois indicateurs cités précédemment. Nous vous présentons maintenant comment utiliser Babbar.

Se rendre d’abord sur le site https://babbar.tech/. On clique ensuite sur le bouton « Create a free account », avant de remplir le formulaire et cliquer sur le lien reçu par mail pour la confirmation. Suite à cela, le site vous propose une clé d’API qu’il faut copier dans le presse-papiers.

L’utilisateur télécharge ensuite l’extension Babbar sur Chrome qui sera installée à droite de la barre d’adresse sous la forme d’un pictogramme. Effectuez un clic droit sur ce pictogramme et cliquer sur le menu « Options ». Collez ensuite la clé d’API enregistrée précédemment et cliquer sur le bouton « Save ».

L’outil est désormais prêt à être utilisé. Lorsque vous vous rendez sur une page sur votre navigateur, vous avez la possibilité d’afficher les métriques en version bêta en cliquant simplement sur le pictogramme. A noter que vous pouvez rencontrer quelques latences lors de l’affichage puisque la version est encore en bêta.

Version finale de Babbar :

La version finale de Babbar devrait proposer plusieurs autres métriques comme la classification thématique réelle, la force induite, la fonctionnalité « site similaire », le PageRank interne pour l’analyse de la qualité d’un maillage interne. A noter que dès le lancement, l’outil devrait être payant avec des gammes de prix moins élevées que celles de ses concurrents.

 

Enfin, le nom Babbar ne fait pas allusion à l’éléphant connu de tous. É-Babbar est un temple du dieu Shamash, de Mésopotamie Ancienne, signifiant « maison brillante ». En ces temps reculés, la justice y était rendue, comme le fait maintenant l’outil en jugeant les différents sites web.

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Dernièrement, Google Ads’ Keyword Planner a évolué incluant ainsi de nouvelles fonctionnalités destinées aux annonceurs et aux référenceurs. Il existe plusieurs astuces qui permettent d’optimiser son utilisation notamment pour la réalisation des analyses de mots-clés SEO ou SEA.

Section « trouver de nouveaux mots-clés » :

Avec l’utilisation de la section « Trouver de nouveaux mots-clés », sur l’outil de planification de mots-clés de Google, on remarque rapidement que de nombreuses suggestions de mots-clés sont directement proposées par le moteur de recherche durant la recherche d’idées pour un ou un grand nombre de mots-clés.

L’inconvénient est que toutes ces suggestions ne se rapprochent pas forcement des mots-clés initialement recherchés et on retrouve ainsi beaucoup de déchets.

Pour passer outre des pertes de temps et d’énergie dans la recherche de suggestions de mots-clés plus longue traine, Keyword Planner propose une nouvelle fonctionnalité utile : idées connexes. Cette dernière est simple d’utilisation et est désactivée de base et mise en « Idée indirectement liées ». Afin d’assurer une filtration des idées seulement sur des mots-clés proches des mots-clés originaux, il suffit simplement de cliquer sur le sélecteur « Idées connexes », puis sélectionner «  Idées directement liées ».

Après l’activation du sélecteur, la liste deviendra beaucoup plus compacte avec seulement des mots-clés directement liés aux mot-clé principaux.

Répartir des recherches depuis mobiles, ordinateurs et tablettes :

Dans le cas de plusieurs secteurs d’activité, les recherches effectuées sur mobile dépassent de loin celles effectuées sur ordinateur ou même tablette. Sur Google, c’est le cas depuis maintenant 4 années. Mais chaque secteur possède ses spécificités qu’il faut analyser lors d’une analyse de mots-clés précise et des études de marchés digitales.

Désormais, Google Keyword Planner permet d’effectuer des vérifications sur Google en se basant sur les datas de ce dernier.

Comme pour le premier cas, il suffit simplement de se rendre sur l’interface qui permet de générer de nouvelles idées de mots-clés et d’utiliser le sélecteur situé en haut à gauche de cette même interface afin de choisir quel graphique vous souhaitez afficher. Vous pouvez ainsi sélectionner « Répartition par plates-formes » donnant ainsi un graphique circulaire.

L’obtention du volume de recherche historique pour une liste de mots-clés :

Depuis le déploiement de la nouvelle interface de Google Keyword Planner, quelques fonctionnalités ne sont plus visibles de la même façon et de nouvelles limites on fait leur apparition.

Dans le cas où vous disposez d’une liste précise de mots-clés pour lesquels vous désirez obtenir le volume de recherche, il faut suivre la procédure suivante.

Se rendre d’abord sur son compte Google Adwords. Cliquer sur la section « Obtenir le volume de recherche et les prévisions ». Copier-coller ses mots-clés séparés par une virgule ou effecter l’importation d‘un fichier à analyser, puis cliquer sur le CTA « Démarrer ».

Maintenant, vous vous retrouvez sur une interface qui présente les prévisions de performances des campagnes pour les mots-clés en question. On se rend ensuite dans l’onglet « Statistiques historiques ».

Sur ce nouvel onglet, il suffira de se rendre en haut à droite et de cliquer sur l’icône en forme de flèche de téléchargent et enfin choisir « Historique des statistiques du plan (.csv) ».

 

Votre agence Ajoo propose une offre de référencement naturel pour vos sites internet mais également plusieurs services comme l’animation des réseaux sociaux ou les conceptions graphiques.

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

L’évolution continue de l’IA (intelligence Artificielle) et l’automatisation ont un véritable impact sur la façon d’appréhender la recherche sur internet lorsqu’on parle de marketing digital. Le Rank Brain, qui utilise le machine learning afin de mieux comprendre la signification des contenus, permet de déduire les intentions de recherche des utilisateurs et ainsi d’avoir des résultats plus affinés.

En se référant à l’IA, les enseignes ont la chance de développer de nouvelles perspectives de recherches, et ainsi automatiser des taches qui prennent beaucoup de temps.

Le RankBrain c’est quoi ?

Le RankBrain est introduit par Greg Corrado, Senior Research Scientist Google, en 2015. Il s’agit d’un cerveau artificiel qui est mis au service des recherches des internautes. Un véritable mélange d’apprentissage automatisé et d’intelligence artificielle reposant sur un réseau neuronal. L’objectif premier étant l’amélioration de la compréhension de la manière dont les internautes interagissent avec les moteurs de recherches.

Au fil des années, RankBrain est devenu l’une des bases du SEO et est même considéré aujourd’hui comme l’un des facteurs de classement les plus importants mais aussi le plus pertinent. Depuis maintenant plusieurs années, Google n’a cessé d’investir dans des recherches en liaison avec le machine learning et l’intelligence artificielle, avec pour résultat le lancement de RankBrain comme l’un des tous premiers produits testés à l’échelle internationale.

RankBrain dépasse le sens des mots-clés puisqu’il se focalise principalement sur le sens réel des requêtes au complet, et les phrases dans leur ensemble. On parle alors d’analyse sémantique.

Désormais, Google a la capacité de comprendre et interpréter les requêtes qui sont utilisées pour la première fois grâce à un système poussé de corrélation.

L’optimisation du site web pouR RANKBRAIn :

Afin de rendre la tache de RankBrain plus simple et parvenir à placer son site dans les premiers résultats de recherche, quelques bonnes pratiques sont à connaitre. Comme cité précédemment, RankBrain se repose sur une analyse sémantique assez pointilleuse et un  traitement automatique du langage. Le fait de remplir son contenu avec un grand nombre de mots-clés ne donne plus les résultats escomptés. Ainsi, il est vivement conseillé de diversifier son univers sémantiques tout en assurant la cohérence du contenu. Ensuite, il faut reconnaitre les types de requêtes qui permettent aux internautes de visiter votre site.

L’utilisation des mots clés :

Les entreprises peuvent s’orienter vers plusieurs outils de recherche de mots-clés. Ces derniers permettent la collecte de mots clés, le regroupement par liste de plusieurs mots clés autour d’un mot-clé principal. Les outils permettent enfin de générer des requêtes qui représentent un fort potentiel.

Au lieu de créer 4 pages différentes afin de se positionner sur 4 requêtes, l’outil trouve une requête dite « exemplaire », qui donne la possibilité de se positionner sur plusieurs résultats de recherche sur une seule page.

L’audit, le classement et l’optimisation des pages :

Dans ce cas-là, il est nécessaire de regrouper ses pages par « grappes », en se basant sur une page « pilier ». Avec une telle distribution des pages, le RankBain a la possibilité de mieux comprendre les contenus puisqu’il peut déceler l’autorité de la page pilier par rapport aux autres pages. Afin d’optimiser ses pages, il est donc important de soigner ses balises (balise title, baliste meta, balises hn…à) et de publier un contenu unique et pertinent. Enfin, il est conseillé d’analyser les mots-clés en amont afin d’identifier quelles sont les tendances de recherches.

Se reposer sur les commentaires clients :

Pour les référenceurs SEO, les informations et les données que fournissent les internautes ont une grande importance. On se concentrera principalement sur les commentaires clients, exprimant un langage naturel. Il s’agit d’un fort potentiel de données à exploiter pour mieux référencer son site ou ses pages afin d’améliorer son classement sur Google.

Les entreprises doivent donc recueillir un maximum de commentaires clients positifs, offrant une meilleure visibilité. Ces dernières s’orientent vers Google Shopping et utilisent Google My Business afin d’établir une liste de commentaires. Ces précautions permettent de se placer sur plusieurs requêtes et les moteurs de recherche considéreront votre site et votre contenu comme pertinents.

L’anticipation des besoins des utilisateurs :

Les entreprises doivent ensuite regrouper toutes les informations clients qu’elles ont collecté sur leurs CRM’s afin d’avoir une vue d’ensemble de chaque client et personnaliser le parcours de vente en ayant recours à une stratégie d’Inbound Marketing. En effet, en analysant l’historique d’achat et de navigation du client, l’entreprise est prête à anticiper ses attentes et proposer des contenus personnalisés.

Il est également conseillé d’utiliser les chatbots afin d’engager une conversation et interagir avec les visiteurs avec une disponibilité de 24h/24 et 7j/7. Ces dernières sont un atout indéniable pour engager un client et l’accompagner dans son parcours d’achat de manière naturelle.

 

Depuis l’avènement de RankBrain, les entreprises sont entrées dans une ère de référencement par intelligence artificielle. Cette ère propose un fort potentiel pour renforcer son SEO et améliorer son classement.

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020