Suppression automatisée des données Google : une utilité pour la confidentialité ?

Durant le mois de mai 2019, le moteur de recherche Google permettait aux utilisateurs d’automatiser la suppression de certaines données. Il s’agissait d’une mesure assez bien accueillie par les utilisateurs, permettant à l’enseigne de se conformer un peu plus avec le RGPD.

Malgré cette avancée, Fast Company indique que les délais de suppression automatique qui ont été proposés par le moteur de recherche sont simplement inutiles si l’utilisateur a pour objectif d’échapper au ciblage publicitaire.  

Après un mois, les données n’ont plus de valeur :

En effet, un groupe cumulant chaque année 116 milliards de dollars de la publicité n’aurait pas céder ses régulateurs aussi facilement. Le moteur de recherche, via sa nouvelle fonctionnalité de suppression automatisée des données, permet aux utilisateurs une suppression de leur historique sur les 3 ou 18 derniers mois.

Selon les experts consultés par Fast Company, après un mois, Google a déjà fait usage des données et n’a plus rien à en tirer. « Tout ce qui date de moins d'un mois est extrêmement profitable », confirme David Dweck, responsable de la recherche payante pour l'annonceur WPromote.

Google permet aux utilisateurs de contrôler les données poubelle :

Pour Google, les données doivent être récentes pour pourvoir être vendues. Le magazine d’affaires américain, traitant de la technologie, prend l’exemple sur secteur immobilier. Si un utilisateur effectue des recherches sur des biens immobiliers, le moteur de recherche le considérera comme un acheteur potentiel et ses données seront vendues à des annonceurs immobiliers. De même, les données en question intéresseront des entreprises de mobilier ou de décoration et même des artisans.

Cela démontre que les données qui datent de moins d’un mois ont une très grande importance et sont un moteur pour le business model de Google. « Ce n'est pas un changement fondamental, parce qu'en réalité personne n'achetait vraiment ces données », poursuit David Dweck.

Des périodes plus courtes ? Pourquoi Google ne s’oriente pas sur cette voie ?

Afin de renforcer sa position, Google dit qu’il a mené des études démontrant que la majorité des utilisateurs estiment qu’il est préférable de supprimer les données de manière saisonnière. La véritable raison pour laquelle la firme ne propose pas des périodes plus courtes est plus pragmatique.

Durant le mois de septembre, Amazon emboitait le pas à Google avec l’inauguration de la même fonctionnalité. Cette dernière permet également d’automatiser la suppression de l’historique tous les 3 ou 18 mois. Selon Amazon, le choix des deux périodes citées est au bénéficie de l’utilisateur. Avec un intervalle de trois mois, un utilisateur peut passer en revue son activité et les parents peuvent prendre connaissance de l’historique de leurs enfants.

« De toutes les mesures de confidentialité que j'ai pu voir chez Facebook, Google, Amazon, ou toute autre entreprise qui essaie de prouver qu'elle n'est pas si invasive que cela, cela se limite en réalité à donner l'impression qu'ils font ce qu'il faut », conclut David Dweck.

 

Avec votre agence Ajoo, créez un site web performant à votre image. Bénéficiez également de services de référencement naturel, de community management et de conception graphique.

Apple prend ses distances avec les GAFA

Google : une mise à jour importante à venir ?

Raccourcissement des URLS en Ligne : quels réducteur choisir

Google déploie les Shopping Ads sur Youtube

L’importance du référencement naturel

Vitesse du site : Google propose un nouveau rapport dans Search Console

Facebook : changement du logo de l’entreprise

Récupération et rachat des noms de domaine expirés en SEO : comment et pourquoi ?