huawei google

Huawei bloqué par Google

Huawei, l’entreprise chinoise spécialisée notamment dans la commercialisation de smartphones, vient de se voir privé d’accès au système d’exploitation Android par Google concernant les futurs téléphones qui seront mis en vente. Un véritable coup dur pour le géant chinois et tous ses utilisateurs qui se comptent par millions à travers le monde.

C’est dans le cadre de la guerre du président américain, Donald Trump, contre la marque que ce blocage a lieu par Google, qui prive Huawei de l’utilisation de son système d’exploitation pour ses nouvelles gammes de smartphones. C’est l’agence de presse Reuters qui a confirmé l’information le 19 mai dernier.

Une décision qui arrive seulement quelques jours après un décrets qui a été adopté par l’administration américaine, qui interdit aux groupes américains de télécom de faire des affaires avec des enseignes étrangère considérées comme « à risque », dont fait partie le géant Huawei. En effet, les Etats-Unis soupçonnent le groupe d’être en relation avec les services de renseignement chinois.

Une restriction uniquement pour les futurs Smartphones Huawei :

Google vient effectivement de couper les ponts avec Huawei, mais cette rupture des relations commerciales n’aura un impact que sur les nouveaux smartphones qui seront commercialisés par la marque chinoise. De plus, Huawei pourra continuer à utiliser la version open-source d’Android, sans pour autant profiter des applications connues comme Gmail, Google Maps, ou Youtube.

Un véritable frein pour le géant chinois qui ambitionnait depuis longtemps devenir le numéro un mondial des smartphones en 2020. En effet, durant le premier trimestre 2019, l’enseigne se plaçait à la deuxième place, juste derrière Samsung, tout en dépassant Apple. Depuis le début de l’année, ce sont près de 59,1 millions de smartphones qui ont été vendus. Enfin, la vente de smartphones est devenue l’activité principale de Huawei, qui fabrique historiquement des infrastructures réseaux. Le chiffre d’affaires de l’enseigne en 2018 s’élevait alors à 52 milliards de dollars rien pour la vente de smartphones, alors que les autres activités combinées cumulaient 43,8 milliards.

Lancement d’un nouveau système d’exploitation, Huawei déjà prêt ?

A l’instant, cette décision de Google n’a pas un grand impact sur Huawei, qui vend la moitié de ses smartphones en Chine. Or, dans l’empire du milieu, presque toutes les applications de Google sont interdites. Par contre, la rupture risque d’avoir un impact sur la croissance à l’international de Huawei, surtout en Europe et en Afrique, les deux marchés prioritaires de la marque. Enfin, l’avenir du géant reste flou puisque les services de renseignement de plusieurs pays comme les Etats-Unis, l’Australie ou l’Allemagne demandent à éviter Huawei pour la construction des réseaux 5G pour raison de sécurité.

Huwaei, vers un remboursement des smartphones si Google et Facebook ne fonctionnent plus :

Quelques semaines après l’annonce choc de Google, Huawei commence à prendre les contre-mesures afin de lutter contre les sanctions américaines. Ainsi, le constructeur réfléchit à un programme de remboursement de ses smartphones aux Philippines, dans le cas où les applications de Google ou Facebook cessent de fonctionner. Pour Huawei, il s’agit d’une manière pour assurer que les smartphones qui sont déjà vendus, en vente ou en stock ne sont pas impactés par l’affaire.

C’est le site philippin Revü qui affirme que la marque et sa trentaine de distributeurs lancent un programme de remboursement sur tout le pays. Bien sûr, cette offre s’applique seulement dans le cas où les applications Google, Facebook, ou d’autres application populaires comme WhatsApp et Instagram arrêtent de fonctionner sur les appareils en question.

Les fournisseurs américains s’allient pour une annulation des sanctions :

Aux Etats-Unis, plusieurs fournisseurs s’allient afin de faire annuler la sanction. On peut notamment citer Intel, Qualcomm ainsi que d’autres fournisseurs de semi-conducteurs, qui ont décidé de faire pression sur le gouvernement américain. En effet, Huawei a non seulement perdu le droit d’utiliser les services Google sur les nouveaux appareils, mais a aussi dû renoncer à de nombreux fournisseurs importants.

Même si la marque chinoise compte bien contester la décision des Etats-Unis sur le plan juridique et profite d’un soutien indéfectible de la Chine, elle profite désormais du soutien des géants américains Intel et Qualcomm.

Selon Reuters, de hauts responsables d’Intel et de Xilinx ont participé à une réunion avec le ministère du Commerce afin d‘évoquer ce sujet. Toujours selon la même source, Qualcomm fait aussi du lobbying dans le même sens. Bien sûr, ces enseignes ne souhaitent pas venir directement en aide à Huawei, mais prévenir les préjudices aux entreprises américaines.

 

Depuis maintenant quelques années, Huawei se préparait à un tel résultat. Ainsi, et depuis 2012, marque développe son propre système d’exploitation, depuis que les Etats-Unis ont commencé à se renseigner sur les liens existants entre les groupes chinois de télécoms et le pouvoir en place. Durant les prochaines années, on pourrait donc voir apparaitre un nouveau concurrent aux systèmes d’exploitation Android et IOS

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Désindexer des pages web et fichiers de Google en 2019

Bing Ads permet désormais de personnaliser ses annonces

Babbar, le nouvel acteur de l’analyse de backlinks voit le jour

Comment bien utiliser Google Keyword Planner

Passer par l’IA pour augmenter son classement serp

Google dévoile un nouveau design des résultats de recherche

La publicité débarque sur WhatsApp en 2020