Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?

Le 14 aout dernier, Google émettait un avertissement concernant des domaines qui sous-louent, comme des bureaux,  leurs sous domaines ou répertoires à d’autres entités afin de les laisser bénéficier de l’autorité de leur domaine, le tout avec la création d’un mini-site non lié à la thématique du site principal.

Désormais, le moteur de recherche commence à pénaliser ces sous domaines et surtout ce genre de pratiques aux Etats-Unis. Ces changements d’algorithme mis en place impacteront à terme les sites dans l’hexagone.

Le fait de louer un sous-domaine ou répertoire d’un site à une autre entreprise n’est en effet pas contraire aux consignes de qualité de Google. Mais ce dernier commence à se focaliser sur cette pratique.

Durant une intervention sur Twitter au mois d‘aout 2019, le moteur de recherche annonçait que GoogleBot commençait à mieux distinguer les sites principaux des sous-domaines ou répertoires loués à d’autres enseignes. La raison est que la plupart des sous-domaines n’ont aucun rapport avec le nom du domaine principal.

Location de sous domaines : le fonctionnement :

Cette pratique est assez courant e pour les sites de grande importance, particulièrement les médias et la presse. Ces derniers louent leurs sous domaines à d’autres marques. Un site officiel de journal ou de média peut donc louer à une autre entreprise un sous domaine, dans lequel cette dernière pourra proposer son propre contenu, qui n’a aucun lien avec le journal en question. Un site de codes promos peut louer un sous domaine auprès d’un média connu et y proposer un contenu qui n’a aucun rapport avec le contenu du site principal.

L’intérêt de cette location :

Il s’agit d’un échange qui est profitable aux deux parties. Les petites entreprises peuvent ainsi profiter d’un très bon SEO et de la notoriété des sites principaux. De plus, s’agit d’un complément monétaire aux sites qui peuvent ainsi monétiser leur notoriété et leur positionnement.

Vers une pénalisation des sous domaines loués dans le monde entier ?

Selon Glenn Gabe, plusieurs sous domaines ont d’ores et déjà reçu des sanctions de la part de Google et ce, depuis le 20 aout dernier, et suite à l’avertissement émis le 14 aout. Le trafic de ces sites s’en est trouvé fortement impacté.

Pour le moment, ce sont seulement quelques sous-domaines loués aux Etats-Unis qui sont impactés. Par contre, personne ne sait si le moteur de recherche va pénaliser les « loueurs » à terme.

Qu’en est-il de la France :

Dans l’hexagone, peu de sous domaines ont été impactés. On prend par exemple lexperess.fr, connaissant un trafic stable qui a connu une petite baisse de son trafic à hauteur de 13% depuis le 04 de ce mois. Cette baisse a été enregistrée sur une thématique « tech » et il n’est pas acté que cette dernière soit liée aux sanctions de Google.

Selon le responsable SEO de 20minutes.fr, aucune variation n’a été signalée sur leur domaine. « Non il n'y a pas de pénalités à l'encontre des sous domaines code promo des médias comme j'ai pu le lire la semaine dernière... »  Confiait François Moreau via twitter.

 

 

Renforcement de la confidentialité des données : Google présente plusieurs nouveautés

Suppression automatisée des données Google : une utilité pour la confidentialité ?

La transformation numérique en France : force et faiblesse

Le Marketing Mobile en chiffres

TPE françaises : un déploiement digital encore limité ?

Quels sont les enjeux de l’UX Design ?

Baliser correctement ses articles pour SEO

Google : vers une pénalisation des sous-domaines loués et non liés au domaine principal ?